Feux de camps

Les « feux de camps » évoquent à la fois le souvenir rassurant d’une soirées entre amis au coin d’un feu et le reste calciné d’un objet autrefois vivant.

L’effet de miroir fixe l’image sur un axe et saisi le regard. Le regardeur est tenté de comparer les deux faces de ce qu’il voit et se perd dans le détail. 

Il est impossible de réaliser à la main un double inversé parfait. Chaque double est un objet autonome tout en dépendant de son contraire.

Chaque objet avec son double peut être un travail autonome, mais aussi être associé à d’autres paires pour former un feu. Par ce procédé il est possible de composer différents feux à chaque présentation.